Vendredi, 21 Juillet 2017 (03:41)

Pour quitter son emploi sans risquer l'exclusion, il faut non seulement que votre motif de départ soit reconnu par la Loi, mais aussi que vous prouviez que votre départ constituait la seule solution raisonnable dans votre cas.

Les motifs reconnus par la loi sont les suivants;

  • Harcèlement, de nature sexuelle ou autre;
  • Nécessité d'accompagner son conjoint ou un enfant à charge vers un autre lieu de résidence;
  • Discrimination fondée sur des motifs de distinction illicite, au sens de la Loi canadienne sur les droits de la personne;
  • Conditions de travail dangereuses pour sa santé ou sa sécurité;
  • Nécessité de prendre soin d'un enfant ou d'un proche parent;
  • Assurance raisonnable d'un autre emploi dans un avenir immédiat;
  • Modification importante de ses conditions de rémunération;
  • Excès d'heures supplémentaires ou non-rémunération de celles-ci;
  • Modification importante des fonctions;
  • Relations conflictuelles, laquelle cause ne lui est pas essentiellement imputable, avec un supérieur;
  • Pratiques de l'employeur contraires au droit;
  • Discrimination relative à l'emploi en raison de l'appartenance à une association, une organisation ou un syndicat de travailleurs;
  • Incitation indue de la part de l'employeur à quitter son emploi;
  • Toutes autres circonstances raisonnables prévues par le règlement.
Consultez la liste complète des motifs pouvant justifier un départ volontaire

Prouvez que votre départ constituait la seule solution raisonnable dans votre cas et, en quelque sorte, de démontrer que vous avez agi comme le ferait une personne raisonnable dans de pareilles circonstances, c'est-à-dire avoir;

  • Fais les démarches nécessaires auprès de votre employeur afin de régler la situation.
  • Contacter votre syndicat, normes du travail, inspecteur de C.S.S.T., droits de la personne, ou autre organisme s'appliquant au motif de votre départ.
  • Fais des recherches d'emploi avant de quitter votre emploi.
Vous pouvez quitter votre emploi sans motif valable dans les trois semaines précédant la fin prévue de votre emploi.

Si votre employeur vous annonce qu'il prévoit vous licencier dans trois semaines ou moins, votre départ sera considéré comme justifié. Il en va de même pour un contrat à durée déterminée. Toutefois, vous n'aurez pas droit aux prestations durant ces trois semaines. Les prestations débuteront à partir de la date prévue de votre fin d'emploi (+ deux semaines de délai de carence).

La même procédure s'applique pour les travailleurs et travailleuses ayant été congédié-e-s pour inconduite dans les trois semaines précédant la fin prévue de l'emploi.

Comité Chômage de l'Est de Mtl
1691 boulevard Pie-IX, Local 302
Montréal, QC H1V 2C3

514-521-3283 (FAX) 514-521-4563

 
 
facebook rejoignez-nous